Quel beautiful dancer es-tu ? Fais le test 🕺🏽 C'est parti !

Dancefloor Paris : l’histoire (mouvementée) d’un projet passion

D’ici quelques semaines, nous allons enfin ouvrir les portes de notre centre de danse parisien Dancefloor. Autant vous dire que cette perspective nous fait tout oublier : cette année de confinement, les galères de chantier, les ascenseurs émotionnels… Le jeu en vaut la chandelle !

Face à des contraintes aussi fortes quand on monte une entreprise ambitieuse comme la nôtre, il n’y a qu’une seule chose à faire, et à faire chaque jour : se rappeler * pourquoi * on le fait.

Notre “why” c’est ce qui nous anime chaque jour, c’est notre “origin story” de super-héros, et on a décidé de vous raconter la genèse !

Derrière Dancefloor Paris : deux passionnées de danse qui rêvent d’un studio à leur image

On rembobine à l’origine de l’origine : Fanny a 8 ans et elle fait ses premiers pas de danse au conservatoire en région parisienne. Quelques centaines de kilomètres plus loin, moi je fais les miens dans mon école de quartier. On ne se connaît pas encore mais on rêve de tutus et de scène, comme beaucoup de petits enfants.

Je rencontre finalement Fanny sur les bancs de la fac. Elle s’oriente vers une brillante carrière d’avocate et moi, de communication dans l’univers des startups. J’ai été Directrice de la communication de Station F, un incubateur magnifique dans le 13ème arrondissement. On continue de danser ensemble, mais petit à petit, nos vies professionnelles et familiales ultra intenses rendent de plus en plus difficile une pratique de la danse régulière qui nous corresponde.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est saturday-night-fever-movie-musical-nyc-untapped-cities.jpg.

On se demande : pourquoi il n’y a pas autant de studios de danse que de yoga dans Paris, alors qu’il y a des milliers de danseurs amateurs ?

Pourquoi on se retrouve encore trop souvent dans un cours dont le niveau n’est pas adapté ? Où on se voit à peine dans le miroir ? Où on n’est pas accompagné ?

Pourquoi on doit aller dans 3 centres différents pour trouver les 3 cours qui nous correspondent ?

Où sont les cours les plus funs, où on peut apprendre les chorégraphies de nos clips cultes ? Ou des variations du répertoire classique adaptées aux débutants ?

Le déclic : un questionnaire en ligne, des centaines de réponses en 24 heures

Fanny m’écrit un jour sur Whatsapp : “Et si on ouvrait un studio de danse ?” Avant même qu’on fasse les études de marché d’usage, j’ai eu un véritable moment de “Eureka” : elle avait raison. Dans le milieu des startups dans lequel j’ai évolué pendant des années, on dit toujours : “On crée une entreprise pour régler un problème, une frustration qu’on a vécue personnellement”.

Mais le véritable déclic a eu lieu lorsqu’on a diffusé à quelques copines danseuses amateures un questionnaire en ligne. On leur demandait quelles étaient leurs frustrations, leurs désirs et leurs rêves. En 48h : plus de 650 personnes s’étaient fait passer le questionnaire, et on croulait sous les emails qui nous disaient “S’il vous plait, lancez vous !”

Début 2020, on se lance, on commence à chercher des locaux et contacter des professeurs qui partagent nos valeurs et notre envie de créer un centre de danse canon, accueillant et axé sur le plaisir.

Les visites de locaux s’enchaînent, on part même quelques jours à Londres pour aller tester des cours innovants et s’inspirer de lieux de danse différents. A notre retour, la rumeur de ce fameux virus venu de Chine commence à faire parler de lui …

Le virage du “online” : on danse malgré TOUT

Fin Mars lorsque le confinement s’annonce, ni Fanny ni moi n’avons jamais entendu parler d’un cours de danse en ligne. Mais on est frappée par plusieurs choses : 1. la France entière (et même le monde !) est coincée chez elle, sans pouvoir bouger, et 2. tous les professionnels de la danse se retrouvent sans activité du jour au lendemain.

Les cours en ligne et les live Instagram de fitness et de yoga pullulaient, mais très peu d’offres de danse existaient. On s’interroge : est-ce qu’on peut réellement danser, occuper l’espace, interpréter des chorégraphies en ligne ? Et on réalise une chose :

Que ça soit en studio ou en ligne, les valeurs et les convictions derrière Dancefloor Paris restent les mêmes : accueillir tous ceux qui veulent s’épanouir par la danse, dans une atmosphère bienveillante à l’esprit décalé.

En quelques jours, on bricole un site internet, une équipe de choc et un planning de cours, et on se lance. Quelques jours plus tard, les newsletters My Little Paris et Stay Hungry relaient le projets, et des centaines de nouveaux membres s’inscrivent pour nos cours.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est dancefloor-tv-gifff.gif.

Pour ceux qui suivent nos cours depuis le début, vous connaissez la suite : au fur et à mesure, on affine notre offre, on ajoute des cours, on fait grandir l’équipe de profs. Surtout, on apprend énormément sur la pédagogie en ligne, le bien-être qu’on peut procurer, et ce que recherchent nos membres.

En parallèle, les déconfinements successifs nous permettent de reprendre le projet de studio physique : on lâche rien !

Je me rappelle de conduire dans Paris vide en pleine semaine pour aller visiter un local, de négociations sur Zoom avec des agents immobiliers, des situations absurdes et parfois très stressantes, mais qui ne nous ont pas refroidies pour autant : un jour, on pourra re-danser en vrai. On prépare l’après.

Et un jour le miracle arrive : c’est le coup de coeur. Tout est parfait, l’espace, le quartier, l’esprit du lieu. On signe et on lance les travaux : c’est parti !

Dancefloor Paris, un rêve inchangé, des modalités qui s’adaptent

Malgré toutes les contraintes rencontrées pendant cette première année, le “pourquoi” fondamental qui nous a fait tout lâcher, nos jobs, notre stabilité, lui, n’a pas changé.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est afrooriental-2.jpg.

En revanche, on a dû garder l’esprit hyper ouvert et adapter complètement la vie de notre projet au nouveau monde. Aujourd’hui, on est convaincues que les cours online sont là pour durer, que ça soit pour les personnes qui n’ont pas de studio à côté de chez elles ou celles qui veulent mélanger une pratique en ligne et en studio.

Si on résume, le projet Dancefloor Paris s’est lancé exactement à l’opposé de toutes les autres salles de sports, qui ont transformé une pratique physique au online. Nous on commence en ligne pour mieux se lancer en vrai !

C’est bientôt une toute nouvelle aventure qui nous attend avec l’ouverture en physique, mais comme je le disais dès l’introduction : il n’y a aucun obstacle qui nous enlève la joie et le plaisir de créer ce projet magnifique <3

Rachel, co-fondatrice de Dancefloor

Nos derniers articles :